Cartes postalesPour acheter des livres cliquer ci-dessous.
Copyright 2009 editionsdupin@orange.fr Tél. : 04 75 38 05 26 Conditions de vente Infos légalesC
Patrick Combes , Sur le seuil, Journal, carnets 2000-2002 (2007). 320 pages. ISBN : 978-2-916997-02-5. 20 €
"Bas-relief rongé par l'usure ou l'excroissance anthropomorphe d'un terrain calcaire, on le confondrait presque, dans l'ombre, avec la paroi sale et rugueuse, à demi effondrée, contre laquelle il se tient couché, anéanti, aux mains d'un coma d'où l'on s'étonnerait qu'il sorte, à l'y voir si constant. Rien n'indique en effet qu'il puisse un jour s'arracher à ce destin de pierre, ni même éprouver de sensible transformation avant des millénaires d'érosion ou de patiente calcification. Parfois, sans s'éveiller, il pousse de faibles gémissements entrecoupés de paroles appartenant à la langue méconnue du sommeil, inarticulées, inouïes, dont il ne se souviendra pas. Puis c'est encore la nuit, le silence, la pesanteur de tout le corps sur la dalle humide et froide, éclatée, laissant par endroits la terre et le roc à vif." Hubert Stérin , né en 1949, était écrivain autant que peintre. Toute son oeuvre - prose, poésie, essais, peintures, collages - est empreinte d'une quête d'absolu souvent désespérée. L'état "d'intranquillité" qui l'habite est le terreau même de l'oeuvre. Diluvienne , roman inédit écrit en 1983, à travers sa densité, sa puissance d'écriture, est une fresque où la fragilité humaine, celle de l'artiste, affronte à mains nues la brutalité du monde et l'écoulement du temps. Hubert Stérin s'est donné la mort en 1992.
Diluvienne , c'est une écriture puissante, un style dense et mobile, un flot maîtrisé qui emporte avec fureur la vie et la mort. Sarabande, charge sociale, dérision, coups de folie et amour fou habitent ce texte. D'emblée, ils situent Hubert Stérin parmi les vrais écrivains : ceux qui prennent des risques. Diluvienne est un flamboiement. Les tripes, le coeur, l'âme flambent. Les flammes traversent le temps, elles le "grillent" (comme on grille un "stop"), elles vous balancent au sein d'un labyrinthe, au fil d'une sorte de de fresque initiatique, dont l'art et l'écriture sont les clés.
Hubert Stérin , Diluvienne . Roman (2008). 208 pages. ISBN : 978-2-916997-03-2. 20 €
“J’ai été embauchée sur le chantier. La manutention. Le froid. Les entrepôts ouverts. Mal au dos. Pression des chefs. J’entends encore leurs voix : “Une miette de jour c’est négatif dans le camion : tu me gerbes tout ça dans le camion”. Après, il y a eu le forage. Ouvrière de l’extraction solide. Fondations théâtre banlieue nord. 23 heures - 5 heures du matin. Forage. Manchettes en fibres de verre. Scellage. Injection de béton par manchettes. Le béton. Marteau- piqueur. De l’eau. Du béton. La terre. La boue. Casques. Lunettes. Masques. Gants. Bottes. Ciré. BRRRRRR - un bruit sourd toute la nuit. […]”
La vie est un théâtre. Le théâtre, c'est peut-être la vie. Un théâtre quelque part banlieue nord, explosif. Une vie bardée d'humour, de drames et d'amours. Dans les barres d'immeubles, au supermarché, sur scène et en coulisses, les acteurs sont aussi des imposteurs. Fragiles et féroces, émouvants et dérisoires, terroristes, tortionnaires ou victimes, capitalistes, amants... Tous sont prisonniers d'une sarabande haletante. Dans ce théâtre- là, chacun joue sa peau.
Christian Bontzolakis , Théâtres . Fiction (2007). 232 pages ISBN : 978-2-916997-00-1. 20 €
Patrick Combes . Le Plongeur de Paestum, Journal 2006-2008 (2009) 384 pages. N° ISBN : 978-2-916997-08-7. 20 €.
"29 août 2003 Au zénith, cette nuit, la Polaire, dont nous ne voyons que le scintillement fragile, hésitant - parti il y a cinq siècles. (Et dans la constellation de la Grande Ourse, des galaxies spirales à dix millions d'années-lumière). Ce spectacle fascinant et improductif (Tolstoï...), il renvoie peut-être surtout aux souvenirs des moments d'observation plus anciens - au sommet de la tour de San Gimignano, avec Bernard, sous le ciel de Toscane, un été, ou aux nuits seul, en Bourgogne, sous la Voie lactée éblouissante, quand l'émotion de la beauté du monde se nourrissait à demi de l'anxiété de la solitude écrasante, dans l'obscurité et le silence trop purs, les parfums du jardin invisible autour de soi."
L'écriture, les rencontres, la mémoire, l'Histoire, pays et livres... Autant d'instants et d'images, de signes à interroger, à déchiffrer. C'est un Journal, une parole du silence, ses fragments. Une aventure aussi : les mots peuvent-ils dire le réel ? Leur propre histoire ?
Patrick Combes , Signes, mémoire, partage, Journal, carnets 2003-2005 (2008) 368 pages. ISBN : 978-2-916997-04-9. 20 €
Tenir son journal, c'est se tendre – et tendre aux autres – un miroir où les mots le disputent au silence. C'est aussi un voyage au fil du temps et des événements, privés ou publics. Un brassage de vie(s) où viennent se mêler pays et livres, paysages, musique, peinture, politique... L'écriture, les rencontres, la mémoire, l'Histoire... Fragments et fugues. Autant d'instants, de signes à interroger, à déchiffrer. Sur le seuil est le premier volume de ce journal.
"31 décembre 2002 Il reste à emprunter, tout à l'heure, le chemin du Boutil, sur la route du Ménez-Bré, marcher jusqu'à son terme, qui s'ouvre sur l'horizon soudain élargi au nord, cette grise campagne de collines lointaines, en écouter les rumeurs – les siennes aussi, en soi, tout ce qui a fait cette année, douleurs, désirs, travail, espoirs, et imaginer que marchent à côté de soi tous les êtres chers – mémoires, présences – et que frémisse encore, intact, le goût d'aimer le monde, d'accueillir sa force et son danger, de mieux comprendre encore sa beauté, jusqu'au silence."
Hors collectionsLittérature, essais, livres typo
Liens Contact Archives Commandes Auteurs Collection "Typo(s)" Collection "Carré" Collections "comme ça" et "comme si" Accueil ollections comme ça et comme si
Éditions du Pin
La collection comme ça, née en 2007 et la collection comme si née en 2013 éditent des textes contemporains de littérature générale (roman, fiction, essai, journal) sous un format élégant : 11,5 x 21 cm, en Coral book ivoire 90 g, couvertures en Colorme 300 g à rabats, dos carré cousu collé. Tirages originaux à 300 exemplaires.
Nouvelles parutionsPrendre sa mémoire à bras le corps, inciser, éluder, choisir... La confrontation ne finira jamais. Les mots en suspension, les sensations, leur rythme ; à l'instar des vagues, grignotant les rivages du temps à peine passé... Après Sur le seuil et Signes, mémoire, partage , Le Plongeur de Paestum , troisième volume du Journal de Patrick Combes couvre les années 2006, 2007 et 2008.
"31 décembre 2009 (...) A la fenêtre, ce soir, la nuit descend entre les nuages ourlés du liseré rouge sang du crépuscule ; à mesure l'indigo gagne, jusqu'à l'opacité glacée qu'il posera sur la terre, une pleine encre. Mais c'est encore, pour quelques instants, le ciel du pastel énigmatique, sans titre, de Delacroix : ce chemin de campagne nocturne, mauve et noir, où le sombre alignement des arbres fait douter, parce que tout y est possible, s'il s'agit de la berge d'une rivière invisible (une eau qui emporterait Ophélie ?), d'un rêve inachevé - ou seulement peut-être, au contraire, du jour qui renaît à nouveau : l'heure indécise encore de l'aurore."
“ 25 octobre 2007 L’atelier du peintre, au Pin, dans un clair-obscur qui rend, dans la surprise du jour (et suggère, par l’ombre du ciel à la fenêtre, quelque chose d’un Vermeer), la vérité particulière du songe, du silence qui portaient ici le travail de l’artiste, les longues heures de solitude, de méditation, de soudaine énergie – modelé des teintes, des tissus, doré des cadres (au centre, le portrait du père en chemise rouge, un après-midi d’été), palette colorée, chevalets, faisceau des pinceaux en épis, l’immobile aigrette des instruments d’une intime cérémonie achevée…C’est un autre tableau, cette image profonde de l’atelier déserté, habité pourtant de tous les signes (le noir ébène des meubles, les fusains de « Dies Illa »), si riche encore lui-même des couleurs et des formes d’une toile imaginaire, la dernière, qui n’a jamais été.”
"Falaises de Yui" est un voyage qui nous embarque de la Bretagne à Paris, de l'Ardèche au Portugal ou en Espagne - mais l'espace parcouru est aussi celui du temps et du silence, de l'écriture et du silence d'entre les mots. "Dix ans de cahiers", est une interrogation sur le pourquoi et le comment du diarisme.
Patrick Combes . Falaises de Yui, Journal 2009 suivi de Dix ans de cahiers (2010) 240 pages. N° ISBN : 978-2-916997-11-7. 18 €.